Site de l'académie de Versailles

Accueil > Vie pédagogique > Disciplines et spécialités > Lettres > Accompagnement Personnalisé : Atelier d’écriture

Accompagnement Personnalisé : Atelier d’écriture

Dans le cadre de l’Accompagnement Personnalisé « Atelier d’écriture », les élèves de seconde ont participé à une sortie matinale sur l’Axe Majeur, dans le quartier de Cergy Saint Christophe, afin de puiser l’inspiration hors des murs du Lycée.

En effet, l’Axe Majeur est une œuvre artistique immense du sculpteur Dani Karavan, réalisée entre 1980 et 2008 qui se fond dans le paysage urbain de l’Agglomération de Cergy Pontoise et nous révèle un patrimoine culturel riche et souvent méconnu.

Après un court trajet de RER qui a été l’occasion de lire quelques textes aux formats divers évoquant la ville, nous sommes partis, carnet et stylo en main, de la gare de St Christophe, surplombée par sa double horloge (la plus grande d’Europe), pour aller jusqu’aux douze colonnes, en passant par la Tour Belvédère, le Jardin des Impressionnistes et l’Esplanade de Paris.
C’est depuis les terrasses offrant une vue panoramique imprenable de la région Parisienne et sur la trouée de verdure que forment la boucle de l’Oise et les étangs de Cergy-Neuville, que les élèves ont pu chercher, dans le paysage ou leurs souvenirs, amorces d’écriture et autres images poétiques qu’ils ont retravaillées, au chaud dans la classe, la semaine suivante.

Voici quelques morceaux choisis extraits des textes résultant de la sortie :

« […] Eaux endormies, rivière éteinte
Un pont l’enjambe mollement
Colonnes de pierre, froides, sourdes
Couleur insipides
Immeubles
Ville

Elles se dressent contre le vent
Vaillantes
Percent les nuages
Éclairent le paysage
Jonquilles »
CH S8

A télécharger

« Ce matin de mars, je suis assise là
Mon esprit est parti
Sur ma feuille rien n’est écrit
Il fait froid, je ne sens plus mes doigts
Rien ne m’inspire
Je n’ai rien à écrire
C’est le vide dans ma tête
Je ne serai jamais poète. »
MM S9

« […] Ici ce sont des souvenirs de Nîmes
Avec ses jardins respirant les rimes
Ce pont rouge fait renaître Eiffel
Comme ces chants d’oiseaux rappellent les hirondelles
Ici ce sont des souvenirs qui reviennent de loin
Tout me rappelle la joie et le bonheur
Et malgré le peu de temps qu’il me reste avant la fin,
J’aimerais profiter de cet endroit encore quelques heures… »
AB S9

« Vide, ma tête était totalement vide. Je ne savais plus quoi penser de ma situation. C’était fini. Elle ne m’aime plus. Elle ne reviendrait pas. […] Était-elle amoureuse ? La dernière fois que je l’avais vue, elle portait une robe rouge comme ce pont au dessus de l’étang. Elle était belle et elle sentait bon comme les rangées de tulipes sur les côtés. Elle avait les yeux marrons, comme les troncs des arbres nus dans le jardin des droits de l’homme. Des droits de l’homme ? Le droit d’aimer ? Je l’aime, oui, je suis amoureux et je l’attends. » A.H. S6

« J’arrive aux colonnes. Je me dirige vers les barrières. J’observe le paysage au loin. Il me rappelle mon enfance. De mes 8 à 12 ans, je me rendais chaque week-end vers l’Axe Majeur à vélo. Je descendais de celui-ci, je le posais à terre, je m’asseyais sur les marches et j’observais les environs. Cette ville me remplit de souvenirs agréables et légèrement nostalgiques du temps passé. » J.R. S9

« Cette horloge, démesurément grande et imposant sa présence, ce grand hall, bondé de gens de tous horizons. Ce parfum particulier. Celui de la cigarette, des pots d’échappement et des fruits sur les étales. Et cette sensation étrange d’apaisement et de sécurité. […] Je sais maintenant, je me souviens. Mon corps se souvient de ces sensations alors que mon esprit avait oublié. [...]Sa main dans la mienne et la candeur de l’enfance comme bouclier, je traversais cet endroit calme et apaisée.
Aujourd’hui encore, alors que je passe dans cette allée, dont je me souviens désormais, je la sens près de moi, me tenant entre ces doigts. Le temps d’une réminiscence, je ressens une dernière fois, la douceur de l’enfance. »
CL S8

« Je me souviens de cet endroit […]. Nous nous tenions par la main et nous nous promenions dans Cergy St Christophe. Nous parlions du brevet des collèges, de nos angoisses pour cet examen puis on se rassurait mutuellement en nous prenant dans les bras. A ce moment-là, un frisson incroyable traversa tout mon corps et un sentiment de bien-être intense se logea en moi. [...] je sentais sa main dans la mienne, son souffle dans mes cheveux, ses chuchotements dans mes oreilles. […] Le soleil éclairait nos visages et réchauffait nos cœurs, nous étions unis et tranquilles. »
CE S2

E.Langlet, professeure de Lettres modernes

Portfolio


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Polyvalent Jules Verne (Académie de Versailles)
Directeur de publication : Michel COLLET